Le Victoire Bellevue de Foucauld

Le Victoire Bellevue de Foucauld

Le Victoire Bellevue de Foucauld

Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld
Le Victoire Bellevue de Foucauld

Membre de la joyeuse équipe de l'Amicale Cycliste, pigiste occasionnel pour le magazine 200 et ambassadeur pour la marque Rapha, Foucauld a plus d'une corde à son arc de cycliste. Il lui manquait cependant l'essentiel : un vélo qui corresponde parfaitement à sa pratique et à sa personnalité. Il se livre pour nous au jeu des questions/réponses afin de partager son projet de Victoire Bellevue. 

 

Bonjour Foucauld, parle nous un peu de ta pratique du cyclisme

Je roule toute l'année, en général avec une sortie d'une centaine de kilomètres ou un brevet le week-end, et une sortie de deux heures à Vincennes en semaine. J'emmène également mon vélo sur mon lieu de vacances et j'essaye de participer à des événements comme par exemple le Tour des Flandres, le Concours de Machines, le Rapha Prestige Massif Central ou le Tour du Vaucluse Historique. Ce que je préfère, c'est ce que nous avons instauré depuis quelques années avec mes amis de l'Amicale Cycliste : comme nos familles sont originaires de régions différentes, chacun essaye d'organiser un week-end "chez lui". Cela nous emmène de Nice au Nord en passant par l'Aveyron et bientôt le Tarn ou le Pays Basque. A chaque fois, nous privilégions toujours les petites routes et soignons nos itinéraires.

 

Sur quel type de terrains roules-tu ?

Exclusivement sur route, mais je ne chipote pas si l'asphalte se transforme en piste. Je roule aussi bien en Chevreuse que dans les Hautes-Alpes ou dans le Pas-de-Calais. J'aime beaucoup les régions vallonnées comme le Luberon ou l'Auvergne que j'ai pu découvrir cette année et les petits cols assez roulants de l'arrière-pays niçois sont pour moi le terrain de jeu idéal.

 

Pourquoi as-tu choisi un vélo artisanal Victoire ? 

Le vrai déclic a été le Véloce de Brahms. A quelques détails près, son vélo me semblait esthétiquement parfait. J'avais initialement prévu d'acheter un cadre en carbone mais le modèle que je souhaitais n'était plus disponible à ma taille. Au même moment, à Vincennes, j'ai vu un cycliste avec le vélo haut de gamme qui m'avait tant fait rêver l'année d'avant. Esthétiquement, il me paraissait déjà dépassé. Cela me faisait penser au monde des sneakers où un modèle en chasse un autre à un rythme effréné. Je me suis rendu compte que ce type de consommation ne me correspondait pas du tout et comme je compte utiliser mon vélo pendant très longtemps, autant avoir quelque chose de plus intemporel et personnel.

Si Victoire me semblait offrir le compromis idéal entre un produit unique, performant et relativement abordable, c'est surtout la possibilité d'échanger à volonté qui était importante pour moi. Je ne voyais pas l'intérêt d'acquérir un cadre artisanal si je ne pouvais pas suivre les différentes étapes et faire part de mes inquiétudes ou de mes questions. Je n'avais pas envie d'acquérir un vélo comme on passe commande sur internet et de résumer le sur-mesure à une étude posturale, une peinture et un budget. C'était important pour moi de venir vous voir, d'échanger sur chaque détail et d'avoir votre avis sur chaque composant. En outre, j'aime le fait que nous soyons de la même génération.

 

Quel était ton cahier des charges pour ce projet de vélo de route sur-mesure ?

Je souhaitais un vélo le plus intemporel possible, c'est à dire classique mais pas vintage. Pour moi, cela passait par un cadre contemporain, avec des tubes assez gros, le moins de logo possible et une couleur sobre "éclairée" par un maximum de composants argentés. Je désirais le passage des câbles en interne et je n'avais pas envie de freins à disque. Je désirais également un vélo assez léger pour la montagne, qui ne nécessite pas d'être emmené de force mais qui reste répondant et soit suffisamment solide pour vadrouiller par tous les temps.

Selon moi, un cadre sur-mesure doit correspondre le plus possible aux usages de son propriétaire. Comme il pleut souvent à Paris, que je roule toute l'année et que je mettais déjà des garde-boues amovibles en hiver (Raceblade ou MKII), autant les assumer, tout en les intégrant d'une manière harmonieuse. En fouillant, j'ai vu qu'il était possible d'éviter les œillets traditionnels sur les pattes en plaçant les fixations à l'intérieur des haubans comme le repose-chaîne des anciens Look. J'aimais bien ce côté à la fois fonctionnel et un peu geek.

 

Quel équipement as-tu choisi pour ton Bellevue ?

Comme je souhaitais un maximum de composants argentés tout en restant dans un domaine assez performant, le choix était limité. Je n'aimais pas le nouveau logo de la gamme Ritchey Classic et Tune ne fait pas de cintre de route, du coup j'ai opté pour une tige de selle et une potence Tune sur laquelle j'ajouterai leur porte-Garmin intégré dès qu'il sera disponible. Pour le cintre, l'article de Nicolas Joly m'a convaincu de choisir un Soma Highway 1. D'ailleurs, même si son Bellevue est le mien sont assez différents, je crois que notre approche est similaire.

Le choix du groupe a été le plus compliqué car il y très peu de groupes argentés haut de gamme et la plupart des pédaliers actuels sont bien trop massifs pour un cadre artisanal. Je comptais initialement prendre un groupe Ultegra car ce dernier offre le meilleur rapport qualité-prix et je suis habitué au fonctionnement des shifters Shimano, mais avec l'arrivée du groupe Campagnolo Potenza argenté, je me suis finalement décidé à passer du côté Italien. Je l'ai associé à un pédalier Tune Smart Foot, au style plus élégant.

Pour la selle, j'aime beaucoup l'esthétique de la Brooks Cambium C15 carved. Certes, elle est lourde, mais j'ai testé la C13 et je n'ai pas du tout aimé (trop plate, comme la Arione). Je vais donc commencer avec la C15 et je testerai également une Selle Italia SLR Superflow qui pèse tout de même moitié moins lourd tout en restant très confortable.

Pour les roues, Julien m'a conseillé les Tune TSR 22 lors de mon passage à Clermont et j'aimais l'idée de pouvoir choisir la couleur du moyeu sur un modèle nettement plus abordable qu'un rayonnage sur moyeux Chris King. Pour les garde-boues, j'ai eu un coup de cœur pour les modèles Swarf en carbone de la randonneuse du Concours de Machines.

 

 

Caractéristiques techniques

Foucauld avait donc une idée claire et précise de son vélo sur-mesure, et il nous a fallu traduire ses demandes d'un point de vue technique : choix des tubes parmi les nombreuses références des catalogues Columbus, Reynolds et Tange, conception d'une géométrie adaptée, intégration des composants... Grâce à l'expérience que nous avons acquise à travers nos X réalisations, combinées à nos propres tests terrains, nous sommes en mesure de répondre avec précision aux différentes exigences de nos clients.

Pour Foucauld, qui voulait un vélo de route au style classique mais pas vintage, le but était d’obtenir une monture légère et confortable, calibrée pour les longues sorties, l’aventure et la découverte par tous les temps. L'un de nos défis fut d'intégrer harmonieusement la douille de direction de 185mm tout en conservant une position sportive selon les demandes de Foucauld.

Les tubes principaux proviennent de la gamme Prestige de chez Tange, et sont issus d’une série spéciale fabriquée au Japon. Leur très faible épaisseur (4/10e de millimètre au centre), le profil rond et les diamètre de 31.7mm pour le tube supérieur et 34.9mm pour le tube diagonal permettent d’obtenir une filtration des vibrations sans égal. Le tube de selle, compatible avec les tiges au diamètre 27.2mm, les bases et les haubans proviennent également du manufacturier japonnais.

Foucauld voulait initialement une douille de 44mm, mais sur nos conseils il a finalement opté pour une douille de 36mm compatible avec les fourches carbone à pivot 1"1/8e et les jeux de direction externe. Ce standard permet une meilleure harmonie visuelle avec le diamètre des tubes du triangle avant et la fourche Columbus Hiver. Comme son nom l'indique, cette dernière est conçue pour rouler dans les conditions les plus mauvaises et possède donc des inserts pour le montage de garde-boue. Les pattes Paragon au design minimaliste, le boitier au standard BSC et les fixations de garde-boue complètent la panoplie.

Le cadre, ainsi que la fourche et la potence Tune sont peint d'un gris métallisé qui s'accorde parfaitement aux composants argentés.

 

 

Premiers tours de roues

Malgré la neige et la météo peu clémente, nous avons partagé avec Foucauld ses premiers tours de roues lors de la réception de son vélo :

" Je n'ai rien à dire au niveau des sensations. Bien que j'ai peu d'éléments de comparaison et que les vélos que j'ai essayés soient très différents, le comportement correspond parfaitement à ce que j’attendais. Ma principale crainte était  que le vélo soit dur à emmener mais ce n’est pas le cas. Le vélo est aussi très stable en descente. Seul petit détail, je trouve que la Brooks donne un style trop classique au vélo, je vais la remplacer par la Selle Italia "

Il a le lendemain effectué une sortie d'environ 120km dans le Forez. Le temps gris et les routes enneigées du weekend lui ont rappelé le film de Éric Rohmer "Ma nuit chez Maud ", ce qui l'a inspiré pour un billet sur son blog La Conjuration : http://laconjuration.com/ma-nuit-sans-maud/

Il a ensuite emmené son Bellevue des pavés de Roubaix à l’arrière-pays niçois. Il nous en dit un peu lus sur ses premières impressions :

" D'une manière générale, je n'ai rien à redire sur ce vélo. Il correspond parfaitement à mes besoins, répond comme il faut, grimpe sans problèmes, et surtout me donne confiance en descente. J'en suis vraiment très content.

Ma sortie dans le Forez se terminait par une quinzaine de kilomètres de plaine et j'ai naturellement mis les mains en bas malgré la longue ascension d'avant. Je n'ai plus les douleurs que j'avais à la nuque et aux épaules avec mon ancien vélo et j'ai tenu la position sans problème. Je pense même évoluer vers une position légèrement plus sportive.

Quelques jours plus tard, j'ai pu tester le vélo dans une configuration complètement différente sur quelques secteurs du Paris-Roubaix : Trouée d'Arenberg, Pont-Gibus, Carrefour de l'Arbre. Si le parcours restait difficile, le vélo ne bronchait pas et l'ergonomie des cocottes Campagnolo Srl Potenza est formidable sur ce type de difficulté.

Le soir même, je suis parti à Nice et j'ai enchainé les cols pendant trois jours. Le temps n'était pas au rendez-vous mais là encore, rien à redire sur le vélo, même après une longue sortie ou en descendant sous la pluie. "

Cadre: 
Tange Prestige Japan
Fourche: 
Columbus Hiver
Jeu de direction: 
Chris King 1"1/8e
Potence: 
Tune
Guidon: 
Soma Highway 1
Tige de selle: 
Tune
Selle: 
Brooks Cambium C15
Guidoline / poignées: 
Brooks Cambium
Leviers: 
Campagnolo Potenza
Etriers de freins: 
Dia Compe
Pédalier: 
Tune Smartfoot
Dérailleur avant: 
Campagnolo Potenza
Dérailleur arrière: 
Campagnolo Potenza
Roue avant: 
Tune TSR22
Roue arrière: 
Tune TSR22
Pneu avant: 
Michelin Power
Pneu arrière: 
Michelin Power
Gardes boues: 
Swarf Cycles
Couleur: 
Peinture unie
Accueil