Retours sur le Concours de Machines 2016 [1/3]

Retours sur le Concours de Machines 2016 [1/3]

Avant de vous parler des choix techniques et de la fabrication de notre randonneuse légère qui a remporté le Concours de Machines 2016, nous aimerions revenir de manière plus générale sur cet événement qui a réuni pour la première fois 19 constructeurs français de vélos artisanaux, du 1er au 3 juillet dernier.

Tout d'abord, nous voudrions éclaircir le rôle qui a été le notre en amont de ce Concours. Nous ne nous sommes jamais cachés d'avoir été à l'origine de l'événement, ni d'avoir été acteurs de son organisation, sans que cela soit incompatible avec notre participation en tant que concurrent.  L'envie de faire renaître les concours techniques qui ont fait la renommée des constructeurs français durant la première moitié du XXe siècle est née de la découverte des livres de Jan Heine tels que René Herse ou The Golden Age of Handbuilt Bicycles. Ces événements au concept unique, mêlant défis techniques et épreuves sur le terrain, ont énormément fait progresser l'univers du cycle, et ont vu naître des machines exceptionnelles, il y a près de 70 ans.

 

Contrairement à ses voisins européens (Bespoked UKBerlin Farradschau...) ou américains avec le célèbre NAHBS, la France ne disposait d'aucun événement pour réunir ses artisans du cycle et mettre en avant leur travail. Il nous est donc paru important de combler ce manque, d'autant plus que nous observions un engouement de plus en plus important pour le vélo artisanal en France ces dernières années. C'est ainsi qu'est né en octobre dernier le projet de relancer le Concours de Machines en 2016. Nous avons rapidement été rejoints dans l'aventure par le magazine 200 et son éditeur Alain Puiseux, puis en début d'année par Christophe Courbou, passionné de randonneuses et de l'histoire du cycle, collaborateur de Bicycle Quarterly et maquettiste des ouvrages cités précédemment.

Ce dernier a accompli un énorme travail pour mettre sur pied le système de jugement, fouillant dans ses archives pour s'inspirer des critères des premiers Concours. Un grand coup de chapeau également aux membres du jury de nous avoir accordé leur temps pour ce Concours et le travail qu'ils ont effectué tout au long du week-end, simplement par passion.

Le temps imparti pour mettre un tel événement sur pied était très court. Nous avons eu la chance d'être accueilli par Christian Miolane et les 750 bénévoles de la cyclosportive Les Copains. Avec plus de 20 ans d'organisation à leur actif, ils ont été un soutien de taille, nous apportant leur support logistique et les superbes tracés des trois épreuves. Nous leur adressons donc un très grand merci pour leur accueil et le travail réalisé. 

Enfin, ce Concours n'aurait rien été sans les dix-huit autres constructeurs qui nous ont rejoint dans l'aventure avec leurs pilotes. Malgré des délais très serrés et des carnets de commande bien remplis ils ont honoré avec brio l'invitation qui leur avait été lancée. Nous sommes grandement reconnaissants de nos confrères pour l'investissement en temps et en argent qu'ils ont fait pour cet événement.

Au final nous avons remporté cette première édition du Concours de Machines, celle-là même que nous avons mise sur pied. Nous comprenons que cela ait pu soulever des doutes vu de l'extérieur. Construire cet événement a été un beau challenge, mais cela aurait été une frustration immense de ne pouvoir se mêler à la compétition. C'est pourquoi l'idée de se mettre hors concours n'a jamais été évoquée. Rookies ou constructeurs expérimentés, organisateurs ou non, nous étions tous sur le même pied d'égalité au départ de ces trois jours. Notre première place a été acquise à l'issue des trois jours grâce à notre régularité sur les différents critères: travail technique, casses, poids (nous avions le deuxième vélo le plus léger du Concours à égalité avec Grade9), vitesse moyenne lors des différentes épreuves (notre coureur termine respectivement en 8e, 5e  et 3e postition) mais aussi les votes qui comptaient pour 50% du résultat final. Nous terminons en tête des votes des constructeurs et du jury et second du vote du public derrière Julie Racing Design. 

Nous avons passé énormément de temps à le mettre en place cet événement et à synchroniser l'ensemble des acteurs afin que tout se passe au mieux le jour J. Nous avons également pris en charge toute la communication de l'événement, mettant ainsi en avant une profession entière et dix-neuf de ses acteurs. Ce n'était donc pas comme nous avons pu le lire "une action de communication bien montée" de notre part où nous cherchions à tirer à tout prix la couverture à nous. Chacun des trois organisateurs a investi de son temps et de son argent pour l'ensemble d'une profession. L'accueil du public et de l'ensemble des constructeurs nous a fait chaud au coeur.

Car s'il y a bien une victoire à retenir, c'est celle du vélo artisanal français. Pour la première fois, les artisans du cycle ont pu se rencontrer, échanger, découvrir le travail des uns et des autres et mettre des visages derrière chaque marque. Il en est de même pour le public qui a pu être au contact des constructeurs et de leurs créations durant ces trois jours. 

Lorsque nous avons lancé le Concours il y a quelques mois nous rêvions d'une "compétition qui serait avant tout amicale" et qui réunirait tout au plus une dizaine de constructeur. Le résultat fut au-dessus de nos espérances. L'ambiance entre les 19 équipes fut excellente tout au long du weekend, que ce soit sur les épreuves ou en dehors. Quelle joie le vendredi matin, alors que le jour se levait à peine, de voir tous ces pilotes au guidon des machines, tout feux allumés, prêts à partir à l'assaut des 235km. Nous retiendrons l'atmosphère dans la brume du petit matin, peut avant la la terrible montée vers St Victor sur Arlanc, où nous étions seuls au monde, les quelques kilomètres passées en compagnie de Sophie et Fabienne des Cycles Cattin (qui roulent très fort!) et les encouragements reçus après de longs moments de solitudes dans les cols de Chansert et des Supeyres par les supporters des différentes équipes. La montée du Béal également, où nous étions mêlés aux cyclos, qui nous regardaient d'un air amusé au pied du col, avec nos randonneuses chargées de magazines, et qui venaient nous voir au sommet, surpris des performances dont elles étaient capables. Nous avons eu le sentiment que chacun était heureux d'être ici, et bien que très peu se connaissaient, nous étions tous un peu tristes de se quitter le dimanche. 

Tout ceci nous a confirmé que cet événement avait toute sa légitimité et qu'il nous fallait continuer sur cette lancée. L'expérience acquise cette année permettra à chacun d'apporter les améliorations nécessaires aux futures éditions qui seront le fruit de l'ensemble des constructeurs.

Si vous voulez en savoir plus sur l'événement, nous vous invitons à visiter la page Facebook du Concours de Machines qui centralise les différents retours de la presse, des constructeurs et du public: https://www.facebook.com/concours.de.machines/

Nous avons particulièrement apprécié la série d'article réalisé par le blog Cyclodonia: https://cyclodonia.wordpress.com/2016/07/06/ambert-2016-15-renaissance-d...

Enfin, si vous utilisez Instagram, vous pourrez retrouver de nombreuses photos grâce au hashtag #concoursdemachines2016

Retrouvez le bike-check de notre randonneuse légère dans Nos Réalisations: http://bit.ly/29vRNiJ

Les autres épisodes de notre série sur le Concours de Machines:

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue