Présentation du Concours de Machines 2016 (2/3)

Présentation du Concours de Machines 2016 (2/3)

Les Cycles Victoire et le magazine 200, organisent cette année la première ré-édition du Concours de Machines. Cette compétition qui se déroula de 1934 à 1949 réunissait les constructeurs français de vélo artisanal, au cours de laquelle ils mettaient à l'épreuve du terrain leur "machine" spécialement conçue pour l'occasion. Elle se déroulera cette année les 1, 2 et 3 juillet à Ambert (63), en marge de la cyclosportive Les Copains, qui nous mettent à disposition leurs parcours, leur organisation et leur public. Cet événement, très populaire parmi les cyclistes (près de 2500 participants en 2014), est reconnu pour son ambiance amicale qui correspond parfaitement à l'esprit du concours, et la qualité de ses parcours. Le massif du Forez offrira pour l'occasion un environnement idéal pour mettre à l'épreuve les différentes machines des constructeurs. Nous vous proposons cette semaine de découvrir le Concours en trois épisodes. Nous poursuivons aujourd'hui avec les épreuves et le réglement.

Le thème et les contraintes
 

Le thème choisi pour cette année est celui de la "randonneuse légère", à savoir un vélo capable d'avaler des longues distances, pouvant transporter un minimum de bagages et équipé de lumières, dont le poids est similaire à celui d'un vélo de route. Ce terme n'est pas à prendre au sens d'une référence historique, c'est la fonction qui nous intéresse. Aux constructeurs ensuite de concevoir la meilleure machine possible pour les trois épreuves proposées et d'apporter leur vision du vélo léger idéal pour la longue distance.

Nous voulons avoir de la diversité dans les vélos, mais aussi qu'on nous surprenne, qu'on innove. C'est pourquoi nous n'imposons pas de contraintes de configuration, comme cela a pu être le cas par le passé. Nous ne donnons aucune indication de matériaux, de taille de roues, d'équipements, ou de transmissions. Seuls trois éléments seront obligatoires :

  • Un système d'éclairage autonome ou d'une autonomie minimale de 8 heures, soit une nuit, avec un minimum de 300 lumens à l'avant et 50 lumens à l'arrière.
     
  • Un système permettant le transport de 10 exemplaires du magazine 200 (3,3 kg) sur le vélo. Les magazines devront être transportés lors de l'une des trois épreuves, au choix, et rendus intacts à l'issue de celle-ci. Les éventuels bagages utilisés ne compteront pas lors de la pesée du vélo.
     
  • 2 porte-bidons minimum
     

Les vélos présentés peuvent être dérivés d'un modèle de série. Mais ils doivent avoir été montés spécialement pour l'épreuve, et présenter un caractère innovant.

Le système de notation
 

 Les vélos sont classés à la fin de la troisième journée, sur un total de 500 points. Le classement prendra en compte:

  • Les temps réalisés lors des trois épreuves, avec des pénalités et bonus suivant les écarts avec la moyenne.
     
  • Les casses
     
  • Le poids. Il sera noté selon un système de bonus-malus, par tranches de 100 g, à partir d'un poids de référence de 9 kg en ordre de marche, sans pédales.
     
  • Le prix public du vélo. Ce prix devra être réaliste. Les constructeurs s'engagent à pouvoir fabriquer un ou plusieurs vélos identiques au modèle engagé, et à le vendre au prix annoncé.
     
  • Le caractère innovant du vélo.
     
  • La qualité de réalisation et la proportion de pièces “maison”. Toutes les pièces de fabrication artisanale ou modifiées par le constructeur seront valorisées.
     
  • L'origine des composants. Afin de donner une dimension éthique au Concours, nous valoriserons les pièces produites localement, ou du moins dans les pays voisins. Les pièces de fabrication française et européenne seront valorisées.

Les ravitaillements et l'assistance technique
 

Le Concours est un concours technique, les épreuves permettant de juger de la solidité des machines. La configuration du vélo devra rester exactement la même tout au long du Concours, y compris pour les pneus. Les vélos seront pesés sans pédales, mais celles-ci resteront les mêmes tout au long du Concours. Toute assistance est interdite durant les épreuves : les pilotes devront être capables de réparer eux-mêmes leur machine, en commençant par les crevaisons. Ils devront emporter sur le vélo (et non dans leurs poches) les outils qu'ils jugeront nécessaires à la réparation de la machine. Toute aide extérieure sera sanctionnée. À l'issue de chaque épreuve chaque casse de pièce sera pénalisée, en fonction de l'importance du composant. La casse du cadre, de la fourche, des axes de roues ou de pédalier, des moyeux ou freins sera éliminatoire. Il faudra donc trouver le meilleur compromis entre poids et fiabilité.

Les participants seront également autonomes en ravitaillement, comme de véritables randonneurs.

Les épreuves et le programme
 

Reprenant l'esprit du concours originel, les créations des concurrents devront donc prouver leur performance et leur fiabilité durant ces 3 jours. Les vélos sont montés par un “champion” choisi par la marque. Il peut s'agir d'un client, d'un membre du personnel, d'un ami… ou tout autre personne en mesure de s'aligner sur les 3 jours de compétition.​ Trois épreuves permettront aux concurrents de s'affronter. Les parcours ont été sélectionnés parmi le large choix de ciruits proposés par Les Copains, en fonction de l'intérêt qu'ils présentaient pour le Concours. C'est donc sur un total de 363km et 6541m de dénivelé que les machines présentées seront mises à l'épreuve.

  • Jeudi 30 juin 
    Installation et accueil à Ambert (63). Séance de photo en studio pour les pilotes et les machines. Soirée en commun.
     
  • Vendredi 1er juillet
     Epreuve sur route de 235 km et 4323 m de dénivelé sur le circuit “La Borne Occidentale”. Départ à 7 h 30. Pas de ravitaillement: les pilotes devront être autonomes.
     
  • Samedi 2 juillet: 
    Randonnée de 55 km avec montée chronométrée du col du Béal (13,6 km) depuis le village de Vertolaye. Voir le circuit “La Belle Échappée du Béal”. En soirée, vote du public durant le repas commun, puis dépouillement.
     
  • Dimanche 3 juillet
    En matinée, parcours “gravel” sur petites routes et pistes de 73 km et 1153 m sur le parcours nommé “Le siège de la Reine”. En après-midi, remise des prix, avant celle des Copains. Fin du concours vers 17 heures maxi.

 

Pour pousser les pilotes à ne pas ménager les machines et récompenser les plus rapides sans pénaliser les plus lents, nous avons opté pour un système de bonus-malus, à partir de vitesses moyennes : 25 km/h pour l'épreuve de longue distance, 12 km/h pour la montée du Béal, et 20 km/h pour l'épreuve gravel.

Catégorie: 

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue