Nice et les Touristes Parisiens, un duel sur Victoire Véloce

Nice et les Touristes Parisiens, un duel sur Victoire Véloce

L'Amicale Cycliste, un groupe d'amis cyclistes parisiens, est descendue à la fin du mois de janvier sur la Côte d'Azur. Au programme, trois jours de vélo à la découverte de l'arrière pays niçois. Certains ont profité de l'occasion pour faire un détour par le Café du Cycliste, et y louer des Victoire Véloce.

Jour 1: Tour du Mont Chauve

Distance: 90 km - Dénivelé: 1365m

Déposé à Nice par un avion matinal, je me retrouve rapidement au Café Cycliste. Je commande un petit-déjeuner pendant qu’Ali prépare la monture que j’ai louée pour trois jours dans l’arrière-pays niçois : un Victoire Véloce flambant neuf. Je suis un peu déboussolé : nous sommes en janvier et tout cela a des airs de vacances d’été. Juste le temps de passer par le vestiaire, d’être interviewé par France 3 Régions – ce qui me vaudra le titre de “Touriste Parisien” le soir même lors du 19/20 – et me voilà avec mes collègues sur la route du Mont Chauve.

Les premières sensations sont agréables. Grâce à sa géométrie, l’assemblage de ses tubes Columbus et sa fourche en carbone, ce nouveau vélo est très réactif mais également très confortable (ah les pneus de 30mm)... Les premières côtes me font tout de même souffrir mais la météo et les panoramas requièrent toute mon attention.

La descente vers la Méditerranée est un réel plaisir. Je me laisse aller en pleine confiance sur ce bolide chaussé large.

Soirée classique : France 3 Régions, double ration de pâtes et discussions de geek cyclistes (Campa vs. Sram vs. Shimano).

Jour 2: Madone d’Utelle

Distance: 115 km - Dénivelé: 1750m

Départ tardif = erreur de débutant. Nous attaquons la longue ascension de la Madone d’Utelle (15,30 km) – le point d’orgue de notre séjour – quand notre petit-déjeuner est déjà bien loin. Lors des derniers kilomètres, la neige borde la route et la température tombe à 2°C. Ce n’est pas un problème à la montée mais associée à une fringale, la descente s’annonce pénible. L’arrivée au sanctuaire est un enchantement. Un ruban de goudron étonnamment lisse et plat court sur les crêtes jusqu’à la table d’orientation et son panorama à 360° qui va de la Mer Méditerranée aux Alpes enneigées. La faim nous pousse à reprendre la route. Comme prévu, nous sommes frigorifiés et les plaques de verglas nous incitent à la plus grande prudence. Nos mains gelées sont crispées sur les cocottes. Heureusement, les bons samaritains de la ferme Merinos (oui, comme la laine) nous fournissent saucisson, pâté et miche de pain. La température remonte et le retour à Nice par Duranus est splendide.

Soirée régionale : socca chez Pipo, pain bagnat et pissaladière bien mérités. Tous les membres de L’Amicale sont très calmes. Nous ne nous éternisons pas dans le vieux Nice car l’équipe entend bien profiter de sa dernière journée ensoleillée avant le retour dans la grisaille parisienne.

Jour 3 : Col de Vence

Distance: 75 km - Dénivelé: 1100m

Le rallye de Monte-Carlo – à moins qu’il ne s’agisse d’une certaine raideur au niveau des jambes – nous oblige à revoir nos plans. Le Col de la Madone est donc remplacé par le Col de Vence. Dans un Saint-Paul-de-Vence déserté par les touristes, nous profitons d’une pause-café trois étoiles. Deux tours de village et nous voilà de nouveau en selle. C’est le 3ème jour, nous avons accumulé de la fatigue et ce col que nous avons pris à la légère nous surprend. Nous n’avons pas connu une telle chaleur depuis septembre, voire août. La montée est longue, le paysage devient aride et nos maillots sont grand ouverts. Parvenus au col, c’est encore la vue qui nous fait oublier la difficulté et l’acide lactique glané pendant les 10km à 7% de moyenne. Descente d’une traite vers la Promenade des Anglais puis contre-la-montre par équipe jusqu’au Café du Cycliste où je dois rendre le Veloce à contrecœur.

Dans le train du retour, le contrôleur repère nos sacs et se moque des cannettes de bières qui dépassent de nos poches. Cet excellent cycliste nous retrouve pour un débrief et nous échangeons nos itinéraires : la bouclette de la Marne contre le Turini. L’herbe est toujours plus verte ailleurs. Nous reviendrons !

A bientôt Nice, le col de la Madone, le Café du Cycliste et les vélos Victoire!

Un Touriste Parisien.

Photos: Jochen Hoops  (@here_are_wings) et Bertrand Trichet (@miracleandsuccess)

Les compagnons de L’Amicale Cycliste (@lamicalecycliste) sont : Foucauld Duchange (@foucauld_), Antonin David (@antonindavid) et Nicolas Herenstein (@nicolas_herenstein)

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue