Les vélos Victoire version randonneurs

Les vélos Victoire version randonneurs

Chacun des membres de l'équipe Victoire vient d'univers cyclistes différents, que ce soit le BMX, le VTT, le triathlon ou encore le bike-polo. Cela se traduit dans nos réalisations et nous prenons plaisir à créer des vélos pour tout type de pratique, du route sportif au vélo urbain élégant, en passant par le tandem ou le vélo de voyage. 

Après avoir partagé avec vous les aventures entre routes et chemins des propriétaires de Versus , notre modèle gravel, nous laissons aujourd'hui la parole aux randonneurs. Découvrez ainsi le retour de Patrice après 5000 km sur son Bellevue en tout juste quatre mois, ainsi que le voyage réalisé cet été à travers le Massif Central par un membre de l'équipe, Matthieu, au guidon de la machine Victoire.

Patrice et son Bellevue

Patrice a réceptionné son Victoire Bellevue conçu pour les longues distances au mois de mai dernier. Il a déjà parcouru près de 5000 km à son guidon, profitant de sa récente retraite pour partir régulièrement pour de longues sorties en solitaire. Son Bellevue est fait pour rouler longtemps, que ce soit dans son comportement ou du côté de l'équipement : moyeu à dynamo et phares SON Edelux II, garde-boue, fixations de porte-bagage. 

" Je vois bien la différence de confort par rapport à mon vélo de course Look, c'est du velours ! Sur le plat, le vélo lisse le terrain. On peut garder une cadence de pédalage régulière pendant plusieurs heures. Il offre également de belles sensations sur les terrains vallonnés, où il permet d'avaler les bosses au train. Ce n'est pas un pur grimpeur, mais les cols ne sont pas un soucis pour autant, le surplus de poids par rapport à mon Look est compensé par le gain de confort. "

Depuis mai, Patrice est passé aux pédales SPD, qui facilitent grandement la marche par rapport aux pédales de route classiques. Un gain de confort non négligeable pour pouvoir faire un peu de tourisme au cours de ses longues sorties. Il a également troqué ses cantilevers Dia-Compe contre des Paul Components, et le guidon Ritchey Classic d'origine pour un Soma à la courbure plus moderne. Un porte-bagage sur-mesure est à l'étude pour l'avant, tandis que l'arrière sera un modèle du marché. 

Patrice réalise cette année un Dodécaudax, c'est à dire qu'il fait au minimum une sortie de 200 km par mois. Au mois d'août, il a profité d'une visite chez un membre de sa famille à Conflans sur Loing (45) pour pousser un peu plus le compteur et totaliser près de 620 km en deux  jours. Nous vous proposons ici quelques uns de ses clichés.

Élevage de bisons au petit matin

Le Bellevue de Patrice prend la pose. À gauche le pont canal de Briare dans le Loiret, à droite un magasin de plaques pour ambrotypes, une technique de photo qu'il affectionne tout particulièrement et que retrouvez au début de cet article 

© http://patricedhumes.com/

Pour en savoir plus sur cette sortie  et suivre les aventures de Patrice, rendez-vous sur son blog : http://alagomme.blogspot.fr/

Pour 2017, Patrice souhaite réaliser une diagonale et s'orienter davantage vers des sorties longues distances de deux à trois jours. 

 

 

Matthieu et la randonneuse du Concours de Machine

Du côté de l'équipe Victoire, nous avons aussi profité de la trêve estivale pour pédaler. Après avoir roulé notre randonneuse légère durant les trois jours du Concours de Machines, Matthieu l'a emmenée début août pour une traversée du Massif Central de Clermont-Ferrand. Découvrez son récit :

" Le Massif Central est une région parfaite pour le vélo, grâce à sa grande diversité de paysage et ses nombreuses routes inexplorées. Il est très facile de rouler plusieurs heures sans croiser une voiture. L'idée de le traverser pour rejoindre Montpellier depuis Clermont me trottait dans la tête depuis un moment. Après le Concours de Machines, j'avais à ma disposition le vélo parfait pour ce genre de périple, qui plus est à mes mesures. Je n'avais plus d'excuses. 

Je suis donc parti en configuration randonneuse légère, avec le minimum d'affaires dans la sacoche randonneur Swift Industries. "

Le soleil se lève sur la plaine et la chaine des Puys après un départ de Clermont au petit matin. Je me dirige vers Brioude par la plaine de la Limagne.

Vue sur le cockpit de la randonneuse. La sacoche Swift Industries est très pratique et facilement accessible en roulant. Après un stop café/croissant à Brioude, j'ai pris la route des gorges de l'Allier.

Pause photo à Lavoûte-Chilhac (43)

Après une première partie du parcours est assez roulante, on rejoint le plateau de la Margeride, à la fois sauvage et désertique. 

La première journée s'est achevée à St Etienne du Valdonnez, à l'entrée des Cévennes, peu avant Florac. Pour débuter la seconde journée, j'ai décidé d'emprunter un chemin plutôt que la Nationale. La polyvalence de la randonneuse est appréciable et pousse à se perdre dans des chemins de plus en plus sauvage. 

Le Causse avant de plonger sur Florac est superbe, on est seul au monde. La descente l'est tout autant, et il est difficile de garder les yeux rivés sur la route.

Remontée en direction du Mont Aigoual par les Gorges du Tapoul depuis Florac. 

Au sommet du Mont Aigoual, rencontre improbable avec Paulin, notre stagiaire ingénieur, parti la veille du Puy en Velay.

Quarante kilomètres de descente m'attendent après le Mont Aigoual avant de rejoindre la vallé de l'Hérault. 

Une fois arrivé au Vigan, s'en est fini de la tranquilité. Soixante kilomètres sur une départementale fréquentée sont nécessaires pour rejoindre Montpellier. C'est l'occasion de mettre à l'épreuve les qualités de roulage de la randonneuse. Malgré le chargement (environ 7 kg) et les pneus de 35mm, le vélo excelle dans ce domaine. J'alterne entre les mains en bas du guidon et une position CLM, filant à 30-35km/h. La partie que je redoutais le plus devient un plaisir !

Arrivée sur la place de la Comédie à Montpellier, où me rejoint Romain, le soudeur de Victoire, pour rouler jusqu'à la mer.

Des plateaux sauvages du Massif Central aux stations balnéaires de la Méditerranée. 

Le voyage s'est achevé sur la plage après un peu plus de 400km et 5000m de dénivelé. Cette randonneuse a vraiment trois qualités majeures : sa polyvalence, ses qualités de roulage, et son confort. Le vélo est à l'aise dans les bosses qu'il avale au train, comme sur les terrains plus plats où il est facile de tenir une cadence de pédalage soutenue. Dans les descentes, il gomme parfaitement les aspérités du terrain.  Enfin, aucune douleur n'est venu ternir le tableau à l'issue de l'aventure. 

 

>>> Retrouvez tous les détails de la randonneuse Victoire du Concours de Machines

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue