Le Rapha Prestige Massif Central vécu de l'intérieur

Le Rapha Prestige Massif Central vécu de l'intérieur

Le 24 septembre dernier, nous avons eu l'honneur d'accueillir sur nos terres la première édition française du Rapha Prestige. Après l'Angleterre et les USA, et avant sa tournée asiatique, la célèbre marque anglaise a décidé d'installer le Prestige Massif Central en haut du plateau de Gergovie, lieu historique de la bataille entre les troupes Arvernes de Vercingétorix contre les légions romaines de César.

Plutôt que son passé belliqueux, c'est surtout la beauté de l'endroit qui a motivé l'équipe de Rapha France a installer le point de ralliement de cette journée en haut du plateau. Dès sept heures du matin, les quelques 80 participants ont pu admirer le levé de soleil derrière les Monts du Forez, à l'Est, avant de découvrir, à l'Ouest, la chaîne des Puys et le Massif du Sancy sous une lumière dorée. C'est ce dernier qui accueillera ce qui s'annonçait déjà comme une magnifique journée de vélo.

La série Prestige met la performance au second plan : ce n'est pas une course. L'objectif est d'emmener les cyclistes dans des contrées méconnues, sur des routes peu empruntées où le vélo est roi. Le format par équipe de quatre met aussi en avant la camaraderie, la solidarité et le partage propre à notre sport : les équipiers doivent partir, rouler et terminer ensemble. Ces éléments sont indispensables pour venir à bout des 170 km et 3200m de dénivelé au programme. Malgré la beauté des paysages qui se dessinent au levé du jour, cette sortie sera tout sauf une promenade de santé !

Après avoir avalé un café, récupéré les cartes à tamponner aux différents points de passage et la feuille de route, les équipes s'élancent toutes les trois minutes. Ce timing permet de bien étirer les troupes sur toute la première partie du parcours.

L'ambiance est détendue au départ ©Nicolas Joly

Malgré l'absence de nuage et le grand soleil, l'air et frais lorsque nous nous élançons du plateau. Il en faudrait pourtant plus pour nous refroidir et nous attaquons la descente vers Romagnat en lâchant les freins. L'excitation se fait sentir, nous sommes heureux d'être sur le vélo ! On enchaîne ensuite avec la montée de Berzet qui permet de bien se réchauffer. On passe ensuite à proximité du Puy de la Vache avant de rejoindre les contreforts du Sancy. Saluons le travail de repérage réalisé par Franziska et Julien de Rapha, vous avez réussi à nous faire découvrir de nouvelles routes !

Gilles et Nico dans la montée de Berzet qui constitue une belle mise en jambes !

Au loin, la Vallée de Chaudefour

Ils ont même réussi à dégoter une vieille publicité murale pour les vins doux Rapha à Chambon ! C’est ici, au kilomètre 50, que se trouve le premier checkpoint. On en profite pour se ravitailler et faire une photo avec les vélos Victoire présents devant le mur. Pas moins de neuf vélos issus de notre atelier étaient présents : en plus des quatre destriers de notre équipe, nous avons retrouvé Jean-Marc et Nicolas sur des Versus tandis que Thibaut était venu avec son Véloce fraîchement monté. Nous avons aussi fait la connaissance de Eric, second propriétaire de l’un des premiers Véloce que nous avons réalisé, et spécialiste de la longue distance. Il a à son actif des épreuves comme le Paris-Brest-Paris, le Londres-Edimbourg-Londres ou le 1000 du Sud; mais aussi la 1001 Miglia et plus récemment le Sverigetempot, une traversée de la Suède du Nord au Sud : 2200 km en 152h tout de même !

Publicité pour les vins doux Rapha à Chambon

Nous repartons ensuite pour la première grosse ascension de la journée, avec le col de la Croix Saint Robert. On croise pour l’occasion les Allemands de l’équipe "Merci Supersonic" dont fait partie l’un de nos clients, Dirk. Ils seront les plus rapides à boucler l’épreuve, en 7h48.

Chacun monte à son rythme, en prenant le temps d’admirer les magnifiques paysages qui s’offrent à nous. Le temps de remettre une veste au sommet et d’avaler une bonne boule d’énergie maison et on attaque la descente vers le Mont Dore. Julien et Nico sont à l’aise dès les premiers virages : "75km/h !" nous dira un automobiliste en bas de la descente. S’il n’avait pas été devant nous nous aurions pu faire mieux !

La team "Merci Supersonic"

Dans la montée de la Croix Saint Robert

Au sommet du col

C’est ici que nous entamons la partie la plus sauvage de l’épreuve, en montant derrière le Mont Dore, en direction de la Stèle ou se situe le checkpoint 2. La fringale nous guette, il est temps que nous arrivions ! Tout cycliste ayant connu une hypoglycémie sait à quel point c’est un bonheur de trouver à manger dans ces moments là. Et Rapha a pour le coup mis la barre très haute ! Quelques centaines de mètre avant le ravitaillement, des marquages au sol annoncent la présence du MCC, le Mobile Cycling Club. Mark et Matt, les deux baristas, sont aux petits soins : véritables espressos, brioches aux pralines, saucisson… Le top !  C’est rassasiés et le moral au plus haut que nous poursuivons notre chemin vers Super-Besse. 

Le MCC au CP2 de La Stèle. Merci Matt et Mark !

Les routes sur cette partie du parcours sont désertes, nous sommes seuls au monde. Le versant ouest du Sancy et le Puy de la Perdrix se dressent face à nous. Nous rejoignons l’équipe des Croisés de Saint Robert avec Irvin et Alain, deux connaissances de Michelin qui ont un sacré coup de pédale ! Nous faisons la route ensemble de Picherande à Besse. La fatigue commence à se faire sentir, et nous décidons de faire un stop dans la vieille ville. 

© Nicolas Joly

Les vélos de la Team Victoire

La petite portion gravel du jour. Au loin, le Sancy

On se remet en selle en direction du dernier checkpoint qui est à Aydat. Rouler sur les routes les moins empruntées signifie bien souvent ne pas prendre la trace la plus directe ! On enchaine les "coups de cul" avant de retrouver des têtes connues au bord du lac. Claire, Julien "Poney" et Sylvain "Pello" tiennent le dernier point de contrôle. Le temps de remplir les bidons et on attaque les derniers 30 kilomètres. 

Ce seront aussi les plus durs, et c’est au courage qu’on enchaîne les montées, de Rouillas-Haut au terrible final vers Gergovie. 

Nous arrivons exténués, mais surtout heureux à l’issue de ces 172 km ! Petit bonus -même si ce n’est pas une course c’est toujours une petite satisfaction- nous terminons avec le quatrième temps de la journée en 8h50.

 

© Nicolas Joly

 

L’événement fut magnifique et l’équipe de Rapha a tout fait pour que cela se passe au mieux. Tous les participants étaient heureux d’être ici, comme l’a montrée la belle ambiance lors de la remise des prix du soir. Pas de podium mais des prix originaux, parfois même loufoques ! Une carte pour ceux qui n’ont pas trouvé le premier checkpoint, un kit d’épilation pour ceux qui avaient peur de dénoter avec leurs poils aux jambes avant l’événement -on vous assure ce n’était pas le cas !- ou encore un prix spécial pour l’équipe 100% féminine du Paris-Nantes Women Cycling Club, Lanternes Rouges du jour mais certainement les plus méritantes !

De notre côté, nous avons été ravis de faire découvrir notre terrain de jeux à ces cyclistes venus  de France, mais aussi d’Angleterre, d’Allemagne, d’Italie ou encore des Pays-Bas. Nous sommes aussi très heureux d’avoir pu ouvrir les portes de notre atelier le vendredi soir et présenter notre travail et notre savoir-faire au plus grand nombre.

Un grand merci à Franziska et Julien, ainsi que toute l’équipe de Rapha pour ce superbe weekend !

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue