[ FOCUS ] Les pneus gravel

[ FOCUS ] Les pneus gravel

 

La pratique du "gravel bike" est en pleine expansion, et de plus en plus de pratiquants s'y intéressent comme le témoigne par exemple l'activité du groupe Facebook Gravel Bike France. Cette façon de rouler n'est cependant pas nouvelle, et il ne faut pas se le cacher, nous n'avons rien inventé. Avant l'arrivée du bitume, les routes françaises ressemblaient plus à des pistes, et la pratique du cyclisme pouvait parfois s'apparenter à ce qui deviendra bien plus tard, le vélo tout-terrain. Les archives des premières éditions du Concours de Machines en témoignent

Chez Victoire, nous étions parmi les premiers constructeurs de l'Hexagone à vous proposer des vélos adaptés à cette pratique, avec notre gamme Versus, apparue en 2013. Nous avions d'abord présenté un premier modèle en singlespeed, très épuré, dans l'esprit de nos pignons fixe, puis rapidement une version à disque réalisée pour Gui. Cette dernière avait d'ailleurs reçu les honneurs du site américain de référence, The Radavist.

Rapidement le marché s'est mis à évoluer en direction de cette pratique, alors en pleine expansion aux USA, où les pistes qui traversent les immenses étendues du continent en font un terrain de jeu rêvé. Nous avons immédiatement adopté le groupe Sram CX1, qui est maintenant monté sur la majorité de nos modèles Versus. La simplicité et l'efficacité de ce système nous avait déjà séduit en VTT, et il nous est tout de suite apparu pertinent de l'étendre à la pratique du gravel bike.

Les évolutions technologiques sur les vélos, à la fois sur la route et en VTT, ont permis de créer des "gravel" modernes à la fois ludiques, performants et confortables. La pratique est nouvelle et se développe énormément, et il est difficile de lui donner une définition propre. Chacun se fait sa propre idée du "gravel", même si on identifie clairement des facteurs communs. Le gravel bike, c'est avant tout la liberté, s'affranchir des limites d'une pratique, pouvoir, avec le même vélo, rouler à la fois sur routes et chemins, voir même s'engager sur quelques passages techniques pour les plus aventureux.

L'une des questions récurrentes pour le néophyte reste celle des pneumatiques. S'il n'y a pas de pneu idéal, vous pouvez cependant trouver le plus adapté à votre pratique. Cela a déjà fait l'objet de nombreux articles sur la toile, et plutôt que de vous proposer une énième étude de marché, nous allons plutôt partager avec vous notre expérience. Nous avons eu la chance depuis plusieurs années de tester un grand nombre de pneus, et certains ont retenu notre attention. Nous vous présentons aujourd'hui une sélection, classée par type d'utilisation, afin que vous puissiez identifier le modèle plus adapté à votre pratique.

 


 

Notre sélection de pneus pour le gravel bike

 

Les USA sont le berceau de la pratique "gravel", notamment grâce aux nombreuses pistes qui traversent le continent. Il n'est pas étonnant donc de voir que la marque WTB, issue du milieu du VTT, ce soit engouffrée dans ce segment en proposant une gamme complète de pneus.

Le modèle Nano, en 40mm de large, est le premier que nous avons testé. Voilà plus d'un an que nous le roulons et nous avons une idée assez claire de son comportement. C'est le pneu que nous utilisons en hiver, et sur les terrains les plus escarpés. Large est bien cramponnée, sa carcasse est résistante. Comme l'ensemble de nos pneus gravel, nous l'utilisons en Tubeless, ce qui permet de réduire grandement le risque de crevaison et de descendre en pression. Pour un gabarit de 65kg, nous recommandons de gonfler à environ 2,8 bars.

 

 

Le Riddler a des crampons plus bas et plus rapprochés que le Nano, ce qui offre de meilleures qualités de roulage, tout en apportant du grip dans les chemins. En revanche, cela rend le débourrage plus difficile lorsque le terrain est gras. C'est un excellent pneu pour les personnes qui recherchent un pneu polyvalent pour les terrains secs. En revanche, il se trouvera limité sur les terrains plus agressifs. L'épreuve gravel du Roc d'Azur a en effet engendré une usure avancée du pneu. Pour un gabarit de 65kg, nous recommandons une pression de 3 bars.

 

 

Nous n'avons pas encore eu l'occasion de tester l'Exposure, mais son profil nous parait intéressant pour  les terrains roulants et les personnes qui ne veulent sortir que occasionnellement dans les chemins. La bande roulement est presque slick, et se cramponne progressivement jusqu'à l'épaule du pneu. Ceci permet d'avoir un pneu avec une faible résistance au roulement, qui apportera un grip progressif en virage dans les chemins. 

 

 

La marque de Jan Heine est depuis cette année distribuée en France par 2-11 Cycles et nous avons eu l'occasion de rouler les modèles Bon Jon Pass en 35mm et Barlow Pass en 38m. Le premier est préconisé pour le montage Tubeless, avec des tringles adaptées, le second non. Nous avons cependant choisi de le monter sans chambre à air et aucun problème n'a été à déplorer.

Les pneus Compass sont très exclusifs, tant par leur construction que par leur tarif. Ils sont extrêment légers pour la taille, c'est pourquoi nous les avons sélectionnés pour notre randonneuse du Concours de Machines. Leur carcasse, très légère et très souple, apporte un  confort et une qualité de roulement exceptionnel, très appréciable sur la longue distance. Si vous empruntez beaucoup de chemins, il ne faut pas hésiter à opter pour le modèle 38mm, voir 44mm. La largeur apporte un surcroît de confort significatif et vous serez étonnés de la vitesse à laquelle vous pourrez rouler sur les pistes non-revêtues avec ces pneus ! 

Nous les avons notamment tester sur les 250km du Dalsland Runt, un événement gravel qui s'est déroulé en Suède au mois de mai, et la différence avec les participants chaussés de pneus de 28 ou 30 millimètres sur les pistes étaient impressionnante !

En contrepartie, la finesse des pneus peu rendre le montage en Tubeless délicat. Pour cela, n'hésitez pas à suivre la notice -très détaillée- sur le site de 2-11 Cycles. 

Leur résistance est tout à fait correcte pour des pneus aussi exclusifs, mais nous les conseillerons plutôt à des cyclistes au pilotage fin. Nous n'avons subi qu'une crevaison à l'arrière lors de l'exigeante épreuve gravel du Concours de Machines, qui a pu être rebouchée par le liquide Tubeless. Nous avons également entaillé la bande de roulement d'un Bon Jon Pass lors d'une sortie du midi sur une erreur de trajectoire dans une descente en cailloux. Mais le sort aurait sans doute été identique pour n'importe quel autre pneu.

Catégorie: 

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue