EN ROUTE VERS PARIS-BREST-PARIS 2019

EN ROUTE VERS PARIS-BREST-PARIS 2019

En route vers Paris-Brest-Paris 2019 est une série d'article qui a pour but de vous présenter toutes les étapes de notre participation au Concours De Machines 2019 qui aura lieu en Août prochain sur le thème Paris-Brest-Paris.

 

Pour débuter, nous allons vous faire partager le récit de Tom, le responsable montage des vélos et des roues chez Victoire. C'est lui qui aura la lourde tâche de venir à bout des 1200 kms du Paris-Brest-Paris au guidon de la machine que nous sommes en train de concevoir et fabriquer spécialement pour l'évênement. Mais avant de pouvoir prétendre à participer à cette épreuve de légende, il lui faut d'abord valider son inscription en réalisant en cette année 2019, les 4 BRMs qualificatifs, soit un 200, un 300, un 400 et un 600 kms. 
 

Toujours en quête d'aventures et de nouvelles expériences, Tom a décidé de valider ses brevets dans des régions différentes afin de varier les plaisirs et les paysages. C'est donc à Assas, dans l'Hérault (34) que sa quête aux tampons a commencé. Pour cette première, c'est au guidon du prototype Distance 25 qu'il a effectué les 210 kms du parcours.

Après une nuit fraîche, mon réveil sonne à 5h30, il est temps d’effectuer mon tout premier BRM. Pour cette première épreuve qualificative pour Paris-Brest-Paris, j’ai décidé de visiter l’Hérault. 
Il m’est compliqué d’avaler quelque chose, l’appréhension est bien présente dans cet environnement inconnu.
6h15, je me dirige vers le lieu de départ : la boulangerie du village où est installé une tonnelle fermée avec chauffage à pétrole. Je me réchauffe quelques minutes, le temps de retirer ma carte de route : c’est le document à ne pas perdre lors du brevet afin de valider les différents points de contrôle sur le parcours. 
6h30, les premiers groupes se forment pour s’élancer, difficile pour moi de juger de l’allure de chacun et avec qui je pourrais rouler à mon rythme. Beaucoup d’entre eux sont de la région et se connaissent, je décide de m’élancer dix minutes plus tard avec un groupe de cinq cyclistes. Rapidement le froid se fait sentir et le compteur affiche -2 degrés malgré un soleil rayonnant, difficile de se réchauffer. 
Je m'aperçois rapidement que cela sera compliqué de trouver du monde roulant au même rythme que moi. Après quelques kilomètres nous rattrapons un groupe d’une vingtaines de participants, l’allure est modérée et très régulière. Malheureusement ce groupe décide de s’arrêter, nous continuons avec les cinq autres participants du départ avant de retomber sur un petit groupe qui imposait une allure très soutenue. J’ai bien compris que cela serait compliqué d’effectuer les 210 kilomètres à ce rythme.

Nous arrivons au premier point de contrôle, kilomètre 80, les groupes arrivent les uns après les autres. Je décide de changer de compagnons de route mais je m'aperçois que la direction empruntée n’est pas la bonne. Le temps de revenir sur nos pas, je me retrouve seul. L’autonomie de mon GPS affiche déjà moins de 50%, cela va donc être compliqué de finir le brevet avec sachant que mon câble d’alimentation était resté dans le camion. 
Le profil s’accentue très rapidement à l’approche du deuxième point de contrôle au sommet d’une montée sur les hauteurs de la forêt de Valbonne ou certains passages atteignent 17%.
L'enchaînement des points de contrôle est plus régulier. Le prochain se trouve 15 kilomètres après avoir atteint sur le parcours le point le plus au nord du jour près de Bagnole sur Cèze. Je me dépêche donc d’arriver au plus vite au checkpoint pour espérer retrouver un groupe pour le retour sur Montpellier avec un vent parfois défavorable. Sauvé, plusieurs participants sont là, je décide de continuer ma route avec Christian et Yvan. Les kilomètres défilent et nous faisons connaissance avec Yvan, qui connait la marque Victoire à travers le magazine 200. Pratiquant aguerri de longue distance, il me donne de nombreux conseils en vue des prochaines épreuves qui m’attendent. Christian lui, enchaîne les longs relais pour nous emmener vers le dernier point de contrôle au kilomètre 180 dans un café du centre de Quissac où nous prenons le temps de nous détendre. La discussion s’engage pendant quelques minutes autour d’une viennoiserie avant d'attaquer les 30 derniers kilomètres. 
Nous repartons avec un groupe pour terminer le brevet. Nombre d’entre eux ont beaucoup d’expérience avec de multiples participations à Paris-Brest-Paris ou encore Paris-Pékin. 
200, 205, 210, la fin approche, nous rentrons dans le village d’Assas pour nous diriger vers la boulangerie. Arrivée et dernier point de contrôle de ce BRM 200. Une fois la carte de route tamponnée, place au plaisir de déguster des pâtisseries, tout en échangeant quelques anecdotes du passé cycliste de chacun.  
 

Catégorie: 

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue